Ca y est, mardi 1er février c'était la fin du stage, et qui dit fin de stage dit vacances! Me voilà donc en partance pour Pékin (Beijing pour le nom chinois), une semaine de visite dans la capitale du nord et ses environs de quoi se dépayser de Shanghai à l'occasion du nouvel an Chinois.

Parlons donc d'abord du moyen de transport, celui choisi : le train, 13h de voyage, le meilleur rapport qualité prix que l'on puisse avoir.

Donc pour l'aller pas de soucis on choisi l'option "hard sleeper" autrement dit, pour les non anglophones, "couchettes dures". Arrivée dans le train, bonne surprise, les couchettes sont plutôt confortables il s'agit en fait d'une mousse sur une planche de bois (dit comme ça, ça ne fait pas terrible, mais vraiment je vous assure c'est bien). 10h plus tard après une bonne nuit, je me réveille aux doux sons des aspirations de nouilles par nos amis les chinois...on ne s'y fera jamais. Enfin bref le voyage est passé vite et bien.

modif1

Salle d'attente en gare de Shanghai. Car en Chine, quand vous prenez le train, vous attendez d'abord pendant un certain temps dans ce hall, et c'est seulement quand le train est là que vous accèdez au quai. Un peu comme à l'aéroport sauf qu'avec des chinois qui veulent avant tout prix prendre leur train,dont ils ont pourtant une place réservées, quand les portes s'ouvrent ça devient la grosse bousculade générale...

Une fois à destination, il nous faut acheter les billets pour le retour. C'est là que nous attendait la bonne blague. Plus de places en hard sleeper (et oui, les chinois voyagent à l'occasion du nouvel an), il ne reste que des couchettes molles (plus du double niveau prix), ou bien du hard seat (siège dur). On choisi, après un vote démocratique, cette dernière option. On verra bien, dans une semaine.

Aller je ne vous fais pas attendre plus longtemps, je vous fais le récit du retour dès maintenant. Mise en condition : il est 22h, vous venez de passer une demi heure debout dans la salle d'attente de la gare, vous vous êtes ensuite battu avec une horde de chinois pour réussir à passer les "portes du quai" sans mourrir éttoufer, vous ne rêvez que d'une chose : vous posez. Places trouvées, la votre se situe au milieu d'un rang de 3 face à un autre rang de 3 séparé par une petite table accessible aux 4 personnes le plus près de la fenètre (pas de chance pour les 2 côtés couloirs...mais ce n'est pas mon cas). Pourquoi est-ce un privilège d'avoir la table? Et bien tout simplement car les sièges ne sont pas larges, l'espace pour les jambes conforme aux normes de taille chinoise...et il n'y a bien sur pas d'accoudoir, donc le seul endroit possible sur lequel s'appuyer pour pouvoir dormir un temps soit peu reste cette table. De toute façon, pas le choix de faire autrement car l'ergonomie de votre siège pousse votre tête en avant... Mais dans tout ça, moi, je m'estime chanceuse. Et oui, juste en face de moi, la place est libre, je peux donc tendre mes jambes et poser mes pieds sur le siège en face, ha un peu de confort gagné. Cependant, après deux heures dans cette position, il est bientôt 00h30, et je commence à avoir très mal au cocxis. Mes souvenirs de voyages en allemagne ressurgissent alors et la technique consistant à s'allonger dans l'allée centrale me paraît très envisageable. Je trouve donc un endroit où l'allée est légèrement plus large, en bout de wagon et grâce à ma petite taille, réussis à me caser aisément sur le sol. C'est un peu froid, ça ne sent pas très bon, le sol est dur, mais au moins je suis allongée!! C'est ainsi que je réussis à dormir à peu près convenablement pendant 3 ou 4h! Arrive alors l'heure d'un arrêt dans une gare où montent de nouveaux passagers, parmis eux certains ont un billet "stand in", autrement dit "place debout", pas le choix il me faut leur céder ma place pour qu'ils puissent mettent dans ce coin d'allée leur valise et accessoirement eux dessus. Je regagne alors mon siège et je n'ai plus qu'à adopter, comme la plupart de mes compagnons de voyage la technique du "plié en deux, tête contre table". Finalement ce n'est pas trop mal...mais voilà qu'il est environ 5h du matin et la voisine d'en face commence à se mettre à parler à son voisin qui semble l'écouter d'une oreille. Le problème c'est que cette dame ne chuchotte pas, et je ne sais pas ce qu'elle raconte, mais elle parle, parle, parle et parle encore, sans s'arrêter... Au moment où je crois que je vais commettre un crime et lui sauter à la gorge avec l'aide de Juliette ma voisine, elle s'arrête enfin de parler. Il est alors 8h du matin, et cela ne fait pas une minute que le silence reigne à peu près, quand tout à coup, la musique chinoise démarre à fond dans tout le wagon, avec la télé, et peu de temps après les vendeuses de petits dej qui hurle littéralement en poussant leur chariot dans les allées!! Encore des aspirations de nouilles chinoises et autre bouillie... Il est 8h30, nous arrivons à Shanghai à 11h30, la fin du voyage sera pénible... Mais tout à une fin et on arrive finalement à destination, dans la gare qui se situe à deux pas de chez nous (et ça c'est la bonne surprise), 10 minutes après on retrouve enfin notre chez nous! Le retour fut long et dur, mais un petit regard sur les photos du séjour à Pékin et on oublie vite les mauvais moment pour ne garder que les bons... Pas d'inquiétude, ils arrivent dans les prochains articles ;)

modif2

Toute l'équipe de Pékin au grand complet juste avant de prendre le train du retour, on fait les warriors là comme ça, mais c'est parce qu'on ne savait pas ce qui nous attendait vraiment!